Contact  |  Copyright  | 
 
Le sang de taureau
 

La région d'Eger se situe au nord-est de la Hongrie, à l'extrémité des collines de Mattra. Elle donne un vin traditionnel très réputé là-bas, l'Egri Bikaver, littéralement "Sang de taureau d'Eger". Ce vin est issu obligatoirement d'un assemblage d'au moins trois des cépages suivants : Kadarka, Kékfrankos, Cabernet Sauvignon, Merlot, Kékoportó, Cabernet Franc, Pinot Noir et Blauberger. Quarante pourcent du vin final doit être composé de Kadarka et/ou de Kékfrankos. L'Egri Bikaver est considéré là-bas comme le Bordeaux hongrois, c'est le vin rouge le plus célèbre du pays. Son nom provient d'une légende locale née de la résistance héroïque des hongrois face aux troupes ottomanes de Soliman le Magnifique.

 

Les batailles qui opposèrent les armées hongroises et turques eurent lieu autour de 1552. Afin de motiver les troupes et redonner espoir au petit nombre de soldats défendant le château d'Eger face à l'immense armée ottomane, les commandants hongrois firent servir du vin rouge local en grande quantité. Comme il est difficile de boire correctement avec une épée et un bouclier dans chaque main, sans parler des habitudes de l'époque qui ne faisaient pas vraiment dans la finesse, les soldats laissaient couler de larges rasades de vin sombre qui s'apparentaient à des traces de sang sur leurs moustaches, leurs barbes et leurs armures. Il n'en fallait pas plus pour que les turques, incapables d'expliquer la résistance exceptionnelle de ce petit groupe de soldats hongrois, propagent la rumeur selon laquelle le vin local était mélangé à du sang de taureau. Las et terrorises, ils s'enfuyèrent et furent vaincus, réduisant l'expansion ottomane vers le Nord et l'Ouest de l'Europe.

 

L'Egri Bikaver fut baptisé ainsi par le poète nationaliste hongrois János Garay en 1846, dans l'une de ses odes à la gloire de la race Magyar. Ce vin quasi mystique est encore très populaire en raison des pouvoirs prétendument magiques que l'histoire lui attribue. Mais cette popularité grandissante provient surtout du renouveau de cette appellation, démarré après la chute du communisme, en replantant massivement le cépage historique, le Kadarka. C’est lui le véritable résistant hongrois qui nous permet de boire pacifiquement du sang de taureau sans effrayer personne.

Autres histoires du lieu : Hongrie
Le vin de la nuit de nocesA Somlo, ils vous diront que ce vin est bon pour votre santé... et pour votre descendance !

Autres histoires de l'époque : Moyen-Age
La légende du coq noirPour la domination du Chianti, un volatile vaut mieux que la guerre
Château Ausone et le poèteL'hommage d'un grand Château du bordelais pour le poète romain
L'Ermite de Saint-SerIl ne fait pas toujours bon vivre au pied de Sainte Victoire...
Le quart des seigneursEnfin un impôt délicieux !
Les taches dans la barbe de CharlemagneLa fameuse barbe fleurie ne plait pas à tout le monde...
La tisane de RichelieuOu comment un vin rouge de Moulis vint à la rescousse du Roi.