Contact  |  Copyright  | 
 
Sabler ou sabrer le champagne ?
 

Il y a des expressions que l’on connait sans savoir où et quand on les a entendues pour la première fois. Et si ces expressions sont apprises entre deux gorgées de champagne, il est encore plus dur de s’en souvenir et d’en retenir (ou en expliquer) le sens. D’où les nombreuses confusions qui hantent les salles de réception ou les repas dominicaux lorsqu’il faut savoir si l’on sable ou si l’on sabre le champagne. Faute de pouvoir trancher ces débats endiablés, la seule conclusion qui s’impose est que ce sont toujours ceux qui en parlent le moins qui en boivent le plus.

 

Sabler signifie boire cul sec ou vider son verre d’un seul coup. L’emploi de ce verbe date du XVIIème siècle. Il était utilisé pour descendre tout type de boisson, par analogie avec l’industrie métallurgique naissante qui jetait de la matière fondue dans des moules en sable. De nos jours, ce verbe n’est plus utilisé, sauf lors des polémiques sur sa signification, mais l’on peut toujours constater que certains buveurs de bières ou d’alcools forts sablent leur boisson tout comme Mr Jourdain disait de la prose.

 

Sabrer le champagne fait référence à un mode d’ouverture très spécifique qu’il est recommandé de ne pas reproduire chez soi pour impressionner belle-maman. En effet, cela consiste à tenir la bouteille par le corps d’une main ferme et de l’autre faire glisser d’un coup sec le plat de la lame d’un sabre vers le bouchon. Le sabre vient alors casser la bague de la bouteille qui « saute » sous l’effet de la pression intérieure, entrainant avec elle le muselet et le bouchon. Si personne n’est blessé par un coup de sabre, de verre ou de bouchon dans l’opération, les convives pourront apprécier à leur juste valeur les quelques gouttes de champagne restantes, car cette méthode entraine une forte perte de liquide. Cette pratique remonte à l’époque des conquêtes napoléoniennes pendant lesquelles les cavaliers sabraient le champagne pour rendre hommage à la victoire, à l’honneur et aux femmes.

 

Nul doute que l’on peut toujours sabrer le champagne avant de le sabler. L’inverse ne marche pas. On peut aussi prendre le prétexte de ne pas avoir de sabre à la maison pour ouvrir sa bouteille normalement. Apres tout, le plaisir du champagne, c’est surtout de le boire en bonne compagnie !

Autres histoires du lieu : France
Châteauneuf-du-Pape et les soucoupes volantesA Châteauneuf-du-Pape, les OVNIs ne sont pas les bienvenus.
Château Ausone et le poèteL'hommage d'un grand Château du bordelais pour le poète romain
L'Ermite de Saint-SerIl ne fait pas toujours bon vivre au pied de Sainte Victoire...
Le quart des seigneursEnfin un impôt délicieux !
Les taches dans la barbe de CharlemagneLa fameuse barbe fleurie ne plait pas à tout le monde...
Le vin de chèvreUne tradition savoyarde qui mousse !
Le dragon du BrandUn dragon et le soleil donnent naissance à l'un des meilleurs terroirs d'Alsace.
Le vin de l'EmpereurNapoléon et le Gevrey-Chambertin, un couple inséparable.
La tisane de RichelieuOu comment un vin rouge de Moulis vint à la rescousse du Roi.
La massue dans les armoiries de ColmarLorsque le périple d'Hercule le mène en Alsace...
Eau minérale de Carbonnieux Quel rapport entre le prestigieux château Carbonnieux et l’eau minérale ?

Autres histoires de l'époque : XIX - XXIème
Châteauneuf-du-Pape et les soucoupes volantesA Châteauneuf-du-Pape, les OVNIs ne sont pas les bienvenus.
Le vin de chèvreUne tradition savoyarde qui mousse !
Le vin de l'EmpereurNapoléon et le Gevrey-Chambertin, un couple inséparable.